Petite Histoire de la Sorbonne

La Sorbonne - Chapelle Saint Ursule

En plein coeur du quartier latin, la Sorbonne conserve depuis huit siècle sa place au palmarès des plus prestigieuses universités au monde. La diversité et la qualité du savoir enseigné lui ont forgé cette réputation qui n’a cessé de croître à travers les époques. Revenons sur l’histoire de la Sorbonne, berceau de l’université de Paris.

Des étudiants dans les vignes…

C’est au début du XIIe siècle que les premiers mouvements estudiantins se font ressentir sur la montagne Sainte Geneviève dans l’actuel 5e arrondissement. A cette époque les enseignements sont uniquement dispensés par le chancelier de l’école canoniale de Notre Dame créée par Charlemagne. Ils restent ainsi inabordables pour la plupart, dans l’incapacité de s’affranchir des taxes imposées pour l’obtention des diplômes.

Les étudiants, enseignants et intellectuels décident donc de traverser la Seine et de s’installer dans les vignes pour y parfaire l’instruction. Vous l’avez bien lu, la rive gauche, en face de Notre Dame était à l’époque recouverte…de vignes! Difficile à imaginer vu l’effervescence du quartier de nos jours… 

L’université de Paris voit le jour

C’est ainsi qu’en 1108 un certain Guillaume de Champeaux parvient à réunir de nombreux intellectuels, le plus célèbre étant Pierre Abélard. Il fonde l’abbaye Saint Victor, sur l’emplacement de l’actuel campus de Jussieu.

L’abbaye devient très rapidement un haut centre de la vie intellectuelle en termes de théologie et de philosophie. De nombreuses querelles naissent à cette époque entre ces intellectuels en quête de vérité. Guillaume de Champeaux et Pierre Abélard s’opposent fermement sur leurs courants idéologiques.

Face à cette crise, Philippe Auguste décide de reconnaître la volonté des étudiants et des enseignants. C’est à partir de ce moment que l’université de Paris voit le jour. Elle est répartie sous forme de quatre enseignements : théologie, médecine, arts libéraux et droit (décret). C’est ici que commence l’histoire de la Sorbonne…

La Sorbonne à travers les siècles

Le collège de Robert de Sorbon

Collèges et instituts se multiplient dans le quartier, le plus célèbre étant le collège de Sorbonne, fondé en 1254 par Robert de Sorbon. Venu étudier à Paris, il parvient à se rapprocher de Saint Louis en devenant son chapelain, autrement dit, son prêtre.

Bénéficiant ainsi d’une relation étroite avec le pouvoir royal, la reine Blanche de Castille lui fait alors don d’une demeure dans laquelle il fonde le collège de Sorbonne, consacré à la théologie.

Le centre d’étude prend vite une place importante dans l’enseignement. La Sorbonne connait les débuts de l’imprimerie en France, avec la première impression des Lettres de Gasparin de Bergame au XVe siècle. Mais l’histoire de la Sorbonne est loin d’être terminée, son apogée est à venir!

Le mausolée du cardinal de Richelieu

C’est ensuite au XVIIe siècle que Richelieu, étudiant puis recteur du collège y apporte de nombreuses modifications par lesquelles le collège devient un remarquable lieu d’enseignement.


Le Cardinal de Richelieu est inhumé au sein de la chapelle Sainte Ursule, dans laquelle on peut admirer son imposant tombeau de marbre blanc le représentant entouré des figures de la religion et des sciences. La chapelle, 
commandée par le Cardinal de Richelieu et achevée en 1642, fait partie intégrante de la Sorbonne.

🔔Petite anecdote

En 1793, en plein règne de la Terreur, la Sorbonne est alors fermée aux étudiants. Des sans culottes pénètrent dans la chapelle et profanent la tombe du cardinal. Le marbre sculpté du tombeau est épargné mais le corps momifié est piétiné, la tête coupée et présentée aux spectateurs.

Un épicier du quartier, présent sur les lieux ce jour, parvient à subtiliser une partie du crâne à des enfants, l’autre partie ayant disparu. Ce n’est qu’en 1866 qu’un collectionneur se manifeste en prétendant avoir en sa possession un morceau de crâne du célèbre défunt.

Les experts de l’époque constatent alors que les deux parties s’emboitent parfaitement, et surtout que la face est étonnement bien conservée. Elle est ainsi remise en place et le cercueil recouvert de béton afin d’éviter toute forme de récidive. Un sombre épisode de l’histoire de la Sorbonne qui s’est bien terminé pour ainsi dire…

L’université impériale de Napoléon

Début XIXe, Napoléon prend l’initiative de tout réorganiser et de créer l’université impériale. Afin de lui apporter une renommée digne de son rang il y installe la faculté de droit place du Panthéon, la faculté de médecine rue de l’école de médecine, et les facultés de sciences, lettres et théologie dans l’ancien collège du Plessis, situé rue Saint Jacques, à côté du lycée Louis le Grand. Il décide également d’y placer le siège du rectorat de Paris.

Les bâtiments d’aujourd’hui

C’est fin XIXe qu’Henri Paul Nénot, architecte élève de Charles Garnier conçoit la nouvelle Sorbonne. Tous les anciens bâtiments sont détruits, exceptée la chapelle Saint Ursule et laissent place au vaste complexe actuel. L’entrée principale est désormais située au niveau de la rue des écoles. Plus récemment, les évènements de mai 1968 ne modifient en rien l’aspect architectural de la célèbre université…

L’époque où le collège ne comptait qu’une vingtaine d’étudiants est bien révolue! Difficile de comparer les chiffres puisque l’université Panthéon Sorbonne est aujourd’hui répartie sur plusieurs sites. Elle recense de nos jours environ 55000 inscrits et attire de nombreux étudiants étrangers. L’histoire de la Sorbonne lui a forgé son prestige actuel. Un site inégalable qui a donné au quartier latin son ambiance estudiantine plaisante et qui n’est pas prête de changer!

ON VOUS EN PARLE

  • Vous pouvez visiter la Sorbonne toute l’année, comptez 1h30 de visite guidée sur réservation. Partez à la découverte de la chapelle, le grand amphithéâtre, l’escalier des Lettres ou la Cour d’honneur.
  • N’hésitez pas à faire un tour des librairies cultes du quartier latin, Gibert ou Boulinier vous pourrez y dénicher de bonnes occasions.
  • Prenez un verre à L’écritoire sur la place de la Sorbonne… Charles Beaudelaire y a présenté les Fleurs du mal et Sophie Marceau y a rencontré Vincent Lindon dans l’étudiante… Vous y trouverez inspiration et tranquillité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *