6 lieux pour (re)découvrir Sainte Geneviève patronne de Paris

Saint Genevieve vers 1615-1625

En 2020, Paris célèbre les 1600 ans de la naissance de sainte Geneviève, patronne de la ville.
Son histoire est indissociable de l’histoire de France et de l’histoire de Paris. Et c’est grâce à un document exceptionnel, écrit moins de 20 ans après sa mort, que nous pouvons aujourd’hui retracer sa vie sur une base historique.

Grande protectrice de la ville, elle n’a cessé, depuis le moyen-âge, d’être invoquée pour protéger Paris des invasions. Mais malheureusement, en 1939, on oublia de le faire et Paris fut envahi ….

Aujourd’hui, tout le monde connaït la montagne sainte Geneviève, la bibliothèque Ste Geneviève ou encore la rue de la montagne Ste Geneviève… Mais que savons-nous sur cette femme à qui l’on doit de nombreux miracles et devenue une sainte pour les Catholiques ?

Qui est Sainte Geneviève ?

Geneviève naït à Nanterre vers l’an 420 dans une famille aristocratique de francs. Nous sommes à la fin de l’empire romain d’Occident.
Fille unique, elle hérite des biens et de la charge de membre du Conseil municipal parisien de son père. Elle s’installe à Paris vers 440. Très pieuse, elle voue son existence à Dieu mais, aura également un rôle politique très fort dans la vie de la ville.

Première héroïne parisienne

En 451, elle s’oppose à l’abandon de la cité des Parisii qui est menacé par Attila et l’invasion des Huns.
C’est une femme forte et elle prononce cette phrase désormais rentrée dans la postérité :

« Que les hommes fuient, s’ils veulent, s’ils ne sont plus capables de se battre. Nous les femmes, nous prierons Dieu tant et tant qu’Il entendra nos supplications. »

Sa détermination aura raison des envahisseurs. Les Huns contournent Paris pour se diriger vers Orléans ! En fait, Paris n’était pas sur le chemin des barbares et Geneviève le savait bien.

En 465, l’Empire romain d’Occident oppose les partisans de Rome et les Francs de Childéric (père de Clovis). Paris est menacé par les Francs qui gagnent du terrain. Geneviève use de ses talents de diplomate (de part ses origines, elle parle la même langue que Childéric !) et évite que les Francs n’envahissent Paris. Mais c’est un siège de 10 ans qui s’installent aux portes de Paris. Elle organise alors le ravitaillement en blé de la ville en forçant le blocus et en passant par la Seine, évitant ainsi la famine du peuple de Paris.

Ce n’est qu’à la victoire de Clovis sur les Romains que les Francs sont admis à Paris. Geneviève s’allie à Clovis à condition qu’il se convertisse au christianisme. C’est le début d’une belle entente et elle le convint de construire une église. (l’église Saint Pierre et Saint Paul sur le mons Lucotitius.)
Elle meurt vers 502 et y est inhumée. Clovis et Clotilde font élever une basilique à l’emplacement de son tombeau. qui deviendra l’abbaye Sainte Geneviève.

Une femme rentre dans la postérité

La légende de Sainte Geneviève peut commencer ! La châsse de la sainte fera l’objet de très nombreuse processions. Et protégera Paris d’autres invasions, ce qui renforcera à chaque fois un peu plus son aura.
Mais sous la la révolution, sa châsse est pillée et détruite, les cendres jetées dans la Seine…à  l’exception de quelques reliques conservées à Saint-Étienne du-Mont.

La montagne Sainte Geneviève

Bien connue de tous, la montagne sainte Geneviève culmine à 61 mètres au-dessus du niveau de la mer.
C’est sur ses versants que subsistent les monuments romains de Paris, et c’est ici que venait prier la sainte femme en empruntant un chemin qui deviendra la rue de la montagne sainte Geneviève.

Église Saint Étienne du Mont

Située sur la montagne Sainte Geneviève, la première église Saint-Étienne est construite au XIIIe siècle et accolée à l’église abbatiale de Sainte Geneviève. Trop petite pour la paroisse, elle est reconstruite au XVIIe siècle.

Depuis 1803, elle abrite sa pierre tombale retrouvée dans la crypte voisine ainsi que quelques reliques rescapées de la Révolution.

La chapelle Sainte-Geneviève, de style néogothique, est décorée de vitraux retraçant la vie et la légende de sainte Geneviève : de son enfance à sa mort, en passant par sa vocation à Nanterre auprès de l’évêque saint Germain d’Auxerre, le réconfort qu’elle apporte aux Parisiens pendant les invasions barbares …

L’Abbaye Sainte Geneviève

Il ne reste aujourd’hui qu’un clocher de l’abbaye. C’est la tour Clovis du lycée Henri IV. Elle domine la ville en haut de la montagne Sainte Geneviève.

Le Panthéon

Construit par Louis XV à l’emplacement de l’ancienne église, il devait accueillir  le tombeau de sainte Geneviève, il est transformé en nécropole laïque dédié aux Grands Hommes à la Révolution.

Descendez la rue de la montagne Sainte Geneviève, passez devant l’école polytechnique, traversez le boulevard Saint Germain et dirigez-vous vers la Seine par la rue de la Bièvre ou la rue des Bernardins pour arriver sur le pont de la Tournelle.

Le pont de la Tournelle et sa statue de Sainte Geneviève

Le pont relie la rive gauche à l’île Saint Louis. Longtemps en bois et surmonté de maisons, il a été de nombreuse fois reconstruit. Après la grande crue de 1910, la ville de Paris décide de le reconstruire entièrement et souhaite ajouter à ce projet une sculpture de la patronne de Paris. Le pont est inauguré en 1928.
L’ œuvre est confiée au sculpteur français Paul Landowki. Malheureusement, il n’apprécia jamais son œuvre. Il souhaitait qu’elle fasse face à Notre Dame et qu’elle lui tourne le dos …

À la même époque, il travaille déjà sur le projet du Christ Rédempteur de Rio de Janeiro.

Église Saint Paul Saint Louis

Magnifique église baroque construite entre 1627 et 1641 par les Jésuites avec l’aide financière de Louis XIII. C’est l’époque du grand siècle du Marais et toute l’élite de la cour assiste ici même aux célèbres sermons de Bossuet ou de Bourdaloue.

Représentation de sainte Geneviève : dans la chapelle des Fonts Baptismaux se trouve une très belle statue de sainte Geneviève réalisée par Eugène Guillaume (XIXe siècle). La patronne de Paris y est représentée avec une brebis et une houlette. C’est au XVe siècle que sont apparus ces attributs de bergère, rappelant ceux de Jeanne d’Arc. À partir de cette époque, les deux saintes sont souvent associées.

balade sur les traces de sainte Geneviève

Le Jardin du Luxembourg

Parmi les statues de la série des « reines et femmes illustres » se trouve la statue de de Sainte Geneviève.
Cette série, composée de 20 sculptures disposées de part et d’autre des grands parterres, présentes des femmes ayant marqué l’histoire France.
C’est suite à l’agrandissement et au réaménagement du palais et jardin du Luxembourg que cette série est commandée entre 1843 et 1846.
La sculpture en marbre fut réalisée en 1845 par Michel-Louis Mercier. Sainte Geneviève est reconnaissable avec ses grandes tresses.

Saint Germain-l’Auxerrois

Dédiée au protecteur de Sainte Geneviève, c’est une des plus anciennes églises de Paris.

Une rencontre importante

Elle nous rappelle la rencontre qui aurait eu lieu, ici même, entre saint Germain, évêque d’Auxerre et la jeune femme. En effet, l’intervention de l’évêque, va la sauver des parisiens en colère (qui n’avaient pas apprécié son coup de maître avec Attila) !

Au Ve siècle, c’est d’abord une petite chapelle. Elle disparaît ensuite pour laisser place à une église plusieurs fois reconstruite. Avec sa proximité du Louvre, elle devient l’église des rois de France.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Église Saint Germain l’Auxerrois – Paris 1 🙏 C’est demain le 11 janvier que nous fêtons les 1600 ans de Sainte Geneviève, patronne de Paris 😊 Pour célébrer et honorer la sainte, une procession partira de l’église Saint Étienne du Mont dans le 5e arrondissement, derrière le Panthéon pour rejoindre la statue sur le pont de la Tournelle✨ A rappeler qu’une superbe exposition consacrée à la sainte est en cours à la mairie du 5e, jusqu’au 19 janvier 👍 – – #paris #parisienne #parisfrance #parisjetaime #saintegenevieve #culte #religion #saint #saintetienne #art #culture #icone #iconereligieux #symbole #vitrail #paris5 #pantheon #exposition #expoparis #notredamedeparis #parlemoideparis

Une publication partagée par Parle moi de Paris (@parlemoideparis) le

Sainte Geneviève et le miracle des cierges

Dans l’église, on peut voir une représentation de Sainte Geneviève tenant un cierge qu’un petit diable placé au-dessus d’elle s’efforce de souffler. Enfin un ange souriant, un flambeau au poing, prêt à rallumer le cierge de la sainte.
Cette iconographie fait référence à un autre miracle de la sainte patronne : le miracle des cierges du chemin de Saint-Denis.
Sainte Geneviève et son groupe de vierges consacrées (les couvents n’existent pas encore à cette époque!) se rendent à la chapelle de Saint Denis qu’elle a fait bâtir pour accueillir le tombeau de saint Denis, premier évêque de Lutèce. (Cette chapelle laissera la place, quelques siècles plus tard, à la Basilique.) Le chemin se faisait de nuit pour arriver au matin. Mais un jour qu’une tempête particulièrement violente s’était levée, le vent éteignit leurs cierges les laissant dans la nuit noire. Sainte Geneviève se mit à prier et les cierges se rallumèrent.

Balade 2 sur les traces de sainte Geneviève

On vous en parle :

  • Jusqu’au 30 mars 2020, une très belle exposition, consacrée à Sainte Geneviève, est accrochée sur les murs de la Mairie du IVe.
  • Sa fête a lieu le 3 janvier.
  • 21 novembre 1793, son cercueil est brûlé en place de Grève et les restes sont jetés dans la Seine. Son culte sera complétement interdit pendant 2 ans.
  • Le 11 janvier 2020, le diocèse de Paris à ouvert l’année diocésaine sainte Geneviève.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *